Joyeux anniversaire Petru

Publié le par Antoine Miniours


"Because the day is also his: 2 years of complicity! Happy bearthday, Petru!" By Lucas !

Petru au Brésil le 26 juin

Article publié depuis Overblog et Facebook

Publié le par Antoine Miniours


Je dois bien vous l'avouer, si je me suis caché lors du passage du bateau, c'est que je ne voulais pas partir sans avoir vu « La Pérouse »... Et ça y est, avec Fiona, Seb, Hedi, et Jhon (le chef de manip) j'ai pu exaucer mon souhait. Le 28 mai, nous voici parti, passé le Brancas, nous partons vers la gauche. Je suis heureux, je découvre enfin ce chemin tant espéré.

 

Ligne de crête du « Branca », derrière la vallée de « la rivière de la base » et « grande cascade ».

 

Nous avons bien passé la « Malpassée », et après « l'Au-delà », nous retrouvons le « Lac Perdu ». Il fait bien froid, l'hiver arrive.

 

Brr, il fait bien froid... 

 

Après une descente caillouteuse durant laquelle je ne peux m'empêcher de penser à Joëlle, nous voici en vue de la cabane de « La Pérouse ».

 

Un petit carré brillant au loin, la voici !

La journée nous avons bougé et rebougé les conteneurs plastics étanches (tooke) ou est entreposée la nourriture. Le but du jeu, faire un inventaire et un rangement le plus rationnel possible pour commander les approvisionnements, mais aussi pour inspecter l’état de conservation de celle-ci. Le soir la nuit tombe vite, la petite cabane ne possède pas d’électricité et les bougies ont vite fait de créer l’ambiance à une bonne soirée.

 

Une toute petite cabane perdue, quelques bougies et de la bonne humeur, voici une recette inratable pour une belle soirée

 

Et voici le moment du départ. Après avoir bien rangé et bien fermé ce petit coin de paradis, il nous faut reprendre le chemin vers la base. Je suis bien heureux d'être resté plus longtemps pour voir tout ça.

 

Au loin, la Tour Blanche

 

Merci Sébastien de m'avoir emporté dans tout ce trajet.

Par antoine, au retour de La Pérouse, Crozet

Publié dans Crozet


Loisirs du week-end

Publié le par Antoine Miniours


Dans les rivières de Crozet on peut voir nager des manchots et des éléphants de mer, mais pas seulement. Depuis quelques dizaines d'années, des truites s'y cachent. Elles ont été introduites bien avant que l'île ne soir classée en Réserve Naturelle, pour permettre aux résidents de pêcher du poisson frais... Ce que nous ne manquons pas de faire par de belles journée ensoleillées !

 

La pêche n'est pas toujours fructueuse, mais quels plaisir dans un paysage si magnifique !

Attention tout de même de ne pas pêcher d'éléphant de mer ou de manchot !

 

Et quand il pleut ? Depuis quelques temps, nous organisons parfois des ateliers bricolage pour occuper sainement nos dimanche après midi.

 

Pour le premier atelier, nous avons appris a faire des nœuds marins, des colliers de perles, de la couture...

 

Mais ce dimanche, j'ai décidé d'apprendre a faire des leurres pour pêcher la truite. Pour cela, il nous faut tout d'abor quelques morceaux de bois.

 

1ère étape : Débiter le bois en petites buchettes.

2ème étape : ébauche de la forme
 

Une fois nos formes grossièrement découpées, il nous faut tailler et poncer pour obtenir un petit poisson de bois. Et bien sûr, ne pas oublier les rainures qui permettront de fixer le fil métallique qui portera les hameçons.

 


L'ébauche bien avancé, le leurre est armé de deux hameçons triple.

Mais avant d'être utilisé, le leurre doit être équilibré, peint puis vernis. N'ayant pas assez d'hameçons triple à Crozet, certains de ces leurres finiront en porte clef... Une version beaucoup moins agressive qui ne risque pas de piquer les doigts !

 

Un peu de patience, c'est bientôt sec

Ca y est, ils sont prêts à être utilisés. Le prochain week-end de beau temps nous promet de délicieux carpaccios de truites pour l'apéro. Merci Seb de m'apprendre tout ca !

 

Bon appétit bien sur !

Par Antoine, le 15 mai à Crozet

Publié dans Crozet


Premier mai

Publié le par Antoine Miniours


Bonne fête du muguet !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vincent miniours

Antoine, toujours à Crozet

Publié le par Antoine Miniours


Comme vous la savez tous, Antoine a disparu en novembre dernier. Marion a donc embarqué sur le bateau pour partir à sa recherche.

 

Marion à bord

 

Et bonne surprise, le bateau a peine parti, Antoine était de retour avec son sac à dos... Il nous raconte à tous qu'il s'était perdu, qu'il ne trouvait plus le chemin vers la base... Mais je ne suis pas dupe, je sais bien qu'il n'avait aucune envie de rentrer et je le comprend bien.

 

Antoine, tu nous as fais tellement peur !

 

Sur Crozet il ne reste plus personne de la mission 51 mis à par Antoine. Mais il s'est fait de très bons amis dans la mission 52.

 

Une nouvelle photo de mission

 

Il va devoir maintenant rester à Crozet jusque mi septembre, le bateau ne passera pas d'ici là. Mais sans doute était ce bien çà son plan ! Profite en bien Antoine, continues à nous envoyer des photos.

 

L'ambiance semble toujours aussi bonne sur la base !

 

Par Isabella de retour en Alsace depuis le 30 décembre

Publié dans Crozet


BibCro

Publié le par Antoine Miniours


Sur chacune des bases antarctiques françaises se trouve un médecin. A Crozet, c'est Joëlle qui s'est occupé de notre santé. Nous allions la voir pour nos petits bobos  ou  lorsque  nous ne nous  sentions  pas  bien,  mais  aussi  pour  les  visites médicales  systématiques.  Quatre  fois  durant  l'hivernage,  notre  BibCro  fait  le point sur notre état de santé. C'est un moyen de s'assurer que tout va bien, ce qui est très important lorsque l'on se trouve à 5 jours de toute terre habitée.

 

 

Durant la visite médicale, dans la salle de soins de l'hôpital.

 

L'hôpital de Crozet est bien équipé : une pharmacie complète, un bloc opératoire fonctionnel,  un  cabinet  de  dentiste,  une  salle  de  radiographie,  un  laboratoire d'analyses médicales... Tout est prêt en permanence pour accueillir un malade ou un blessé, qu'il provienne de notre base ou d'un bateau naviguant dans la zone.

 

Joëlle au laboratoire d'analyses sanguines.

 

La  seule  chose  qui  manque  dans  notre  hôpital,  c'est  du  personnel.  Et  tout  le monde sait qu'en cas de pépin, une personne seule, même excellent médecin, ne peut s'occuper de tout. Joëlle a donc formé des équipes qui puissent lui venir en aide  si  le  cas  se  présentait.  Les  volontaires  ont  donc  appris  les  gestes  de premiers soins, de façon à pouvoir l'aider à établir un diagnostic si un accident se produisait à l'autre bout de l'île.

 

Les élèves studieux apprennent à prendre la tension artérielle

 

Nous  avons  aussi  appris  à  évacuer  un  blessé  et  le  brancarder sans  lui  faire  de mal. Pour cela nous disposions de brancards, de matelas à dépression, de colliers cervicaux, d'atelles...  Du  matériel  de  professionnel  pas  toujours  évident d'utilisation.

 

Une fois l'air sorti du matelas à dépression, notre "victime" ne peut plus bouger !

 

A l'hôpital, Joëlle peut avoir besoin d'aide pour préparer le bloc opératoire et les produits anesthésiants, pour lui passer les outils chirurgicaux, pour faire une perfusion ou encore pour développer des radios. Elle forme donc ses assistants aux postes qui leurs semblent être les plus adaptés et veille à toujours avoir sur base une équipe complète.

 

J'apprends avec Philippe à doser les médicaments qui devront peut-être être injectés par perfusion en cas d'opération chirurgicale.

 

Il y a aussi des tas de machines qu'il est utile de savoir faire fonctionner. Qui aurait  cru  que  durant  mon  hivernage  j'apprendrais  à  utiliser  un  tensiomètre,  un oxymètre  de  pouls,  un  respirateur,  un  moniteur  cardiaque,  ou  même  un  pousse-seringue ?

 

Le pousse-seringue permet d'injecter de façon continue un médicament lors d'une perfusion.

 

Mais  l'hôpital,  c'est  aussi  et  surtout  un  endroit  accueillant  où  l'on  peut  venir prendre le thé en discutant de tout et de rien !

 

Thé, café, chocolat, nous sommes bien reçus !

 

Par Isabella, d'après un reportage d'Antoine en octobre 2014

 

Publié dans Crozet


Joyeux Noël

Publié le par Antoine Miniours


A bord nous fêtons aussi Noël !

 

Avec mes nouveaux amis, Croquette la manchotte, Inne la langouste et Marion l'ours.

 

Par Isabella, le 25 décembre à bord du Marion Dufresne

 


Antoine a disparu

Publié le par Antoine Miniours


Antoine a disparu... Un matin, Cathy n'a retrouvé ni Antoine, ni son sac. Depuis tout le monde est à sa recherche.

Marshal a fouillé le bureau de la plage de fond en comble.

 

 

Albert a regardé s'il ne faisait pas la sieste dans la serre

 

Elie se demande s'il ne se serait pas perdu près de la boule satellite en allant poster ses lettres à la gérance postale.

 

Knut pense qu'il se serait peut être endormi en salle de sport.

 

 

Papou est parti à sa recherche dans l'un des endroits qu'il préfère, la falaise au dessus de la colonie de manchots.

 

Malgré tous ces efforts, nous somme toujours sans nouvelles d'Antoine. Peut- être est il parti faire le tour de l'ile, son sac sur le dos ? Ou bien s'est il caché pour ne pas avoir à partir de cette ile qu'il affectionne tant ? Nous sommes partis de Crozet le 11 décembre en fin d'après midi, j'essaye de consoler Cathy qui pour la première fois depuis bien longtemps voyage sans son petit compagnon. Avec d'autres peluches nous allons essayer de continuer à faire vivre le blog d'Antoine en postant des articles qu'il avait commencé à préparer. Et s'il ne réapparait pas, il nous faudra engager un nouveau nounours rédacteur en chef pour ce journal. Mais nous n'en sommes pas là pour le moment !

 

 

Je me présente, Isabella, petite poupée Brésilienne et grande amie d'Antoine.

Par Isabella, le 18 décembre au large de Kerguelen

 

 

Publié dans Crozet


De Gauss à Bougainville

Publié le par Antoine Miniours


Les albatros fuligineux à dos clair, que nous appelons amicalement "fuli", sont sur nid, cachés dans les petits recoins des falaises. Jeudi 6 novembre, nous sommes partis avec l'ornitho pour compter leurs nids entre la pointe du Bougainville et le Cap de Gauss.  

 

En plein comptage avec Val

 

Cette  manip  d'une  journée  a  été  pour  moi  l'occasion  de  me  rendre  pour  la première  fois  dans  cette  partie  de  l'île,  et  c'est  avec  plaisir  que  je  vais  vous faire partager les images de ce paysage unique. 

 

Une fois de plus, la carte pour que vous visualisiez mieux d'ou sont prises les photos.

Pour le trajet aller, nous avons coupé à travers les scories à l'est du Mont Branca, avant d'arriver sous un soleil radieux en amont de la Crique de Noël.

 

1. La crique de Noël, parée de ses plus belles couleurs.

 

Nous  avons  ensuite  poursuivi  notre  route  jusqu'au  Cap  de  Gauss,  où  notre "comptage  fuli"  doit  commencer.  Ce  sont  des  falaises  abruptes  qui  abritent  à leurs bases des colonies de gorfous.

 

2. Tout au bout, le Cap de Gauss

 

Les  albatros  fuligineux  nichent  cachés  dans  les  failles  de  ces  falaises.  Nous pouvons  commencer  à  les  compter  sur  le  trajet  du  retour  en  longeant  la  côte. Mais la journée est déjà bien entamée, nous nous arrêtons pour casser la croûte à l'abri d'un rocher.

 

3.  Pique nique avec vue sur la Crique de Noël et l'Ile de l'Est qui se découpe au loin.

 

Et le comptage continue dans des paysages plus beaux les uns que les autres. Dans la Crique  de  Noël  nous  découvrons  une  cascade,  les  fulis  semblent  beaucoup aimer cet endroit, ils sont nombreux à y nicher.

 

4. Les fulis, petits points clairs sous la barre rocheuse au dessus de la cascade.

 

Plus loin, nous commençons à voir la Pointe de Bougainville où notre comptage se termine. Il est bientôt temps de rentrer sur base, les joues rougies par le soleil et la tête pleine d'images.

 

5. Au fond, la pointe de Bougainville

 

Par Antoine à Crozet, le 11 novembre 2014

 

 

Publié dans Crozet


<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>